CINECITOYEN-NC

samedi 5 octobre 2013

Les Nouveaux Chiens de garde : Points saillants du débat





Commentaires des journalistes présents (*)
 
Film intéressant mais un peu caricatural : ne pas assimiler aux grands présentateurs, de connivence avec les responsables politiques et économiques, l'ensemble des  journalistes qui tentent de faire de leur mieux.
En NC la Télé n'est pas aussi inféodée que le film le laisse entendre. Relative liberté de choix et de traitement des sujets. Ainsi on pourrait réaliser un reportage sur les délits financiers...     



Mais : - Petit Territoire, tout le monde se connait, la proximité fait problème ; non spécifique à la presse - Justice..

- Réticences des gens à s'exprimer sur des sujets sensibles
Evocation du rachat récent des Nouvelles, seul quotidien de NC, avec départ de plusieurs journalistes.
Regret que des professionnels concernés  ne soient venus exposer cette situation problématique.
Le travail des journalistes est gravement compromis s’ils ne peuvent protéger leurs sources. Il faut exercer une grande vigilance citoyenne contre  cette menace très actuelle.
Parfois copiage ‘circulaire’ de l'info : ainsi un rédacteur en chef (en métropole) cochait les articles qui lui plaisaient dans le Parisien et demandait aux journalistes de faire des papiers similaires
Dépêches AFP :  ce sont des correspondants locaux qui envoient des infos, pas toujours recoupées, mais reprises en boucle ; s'il y a erreur, il est souvent trop tard pour rectifier.


Question : et le devoir d'objectivité ?
Réponse : l'on doit et l’on peut être honnête, mais il n'est pas possible d'être « objectif ».
Ne pas confondre Vérité (respect des faits, des chiffres) et Réalité ( inaccessible, trop complexe).

Des adhérents remarquent : l'info fabriquée,  scénarisée, aboutit  à déformer ou fausser la réalité.

  Exemple « chaud » :

un reportage télé sur Canala en lien avec un procès d'assises, et qui donnera lieu à un sit in de mécontentement devant RFO le lendemain car la population de Canala est montrée sous un angle incomplet et partial. Le journaliste présent, chargé de l’enquête, estime avoir fait le tour du sujet et dit que des responsables directement concernés ont refusé de  s'exprimer..

Critiques sur la télé :

manque de sujets d'investigation ; le format télé  : briéveté (1 à 2mn) et  priorité aux images : ce qui ne permet pas de développer les sujets en profondeur.


Actimed :
Evocation du remarquable travail de décryptage de l'information réalisé par l'équipe d'Acrimed (Action Critique des Medias, voir leur site) qui a d'ailleurs participé à la réalisation du film.


Les Faits divers :
Observer la Une des Nouvelles : comment on « privilégie »  certaines violences ainsi que l'émotionnel.
Manque de mise en perspective. Avec un fait divers mis en évidence, l’on stigmatise une frange de la population. Alors que des études montrant le contraire sont laissées de côté ; exemple à l’appui.


Comment pourrions nous être mieux informés, moins manipulés ?
. national : réorganiser un véritable pluralisme, comme le CNR (Conseil National de la Résistance) l’avait recommandé et mis en place ; mais les organes de presse se sont peu à peu re-concentrés.
. local :  internet, réseaux associatifs,  espace critique dévolu dans un  organe de presse ?
. au plan personnel : ne pas se limiter à une seule source d’infos, surtout quotidienne ( manque de recul )

 

A SUIVRE…

(*) présents : à titre personnel un journaliste Télé et le rédacteur en chef du Chien Bleu.
Des journalistes des Nouvelles, contactés, ont décliné notre invitation ;

Aucun commentaire:

Publier un commentaire